Esther Andersen, un magnifique album sur l’enfance...

...sur les souvenirs d’été que l’on garde en soi pour toujours, sur les premières découvertes et sur les incroyables sensations qui s‘y rattachent. L’atmosphère qui se dégage de cet album est d’une poésie pure et d’une grande délicatesse.

Le texte est simple, pudique. On suit un petit garçon frêle qui part en train rejoindre l'oncle Angelo, comme chaque été sans doute. Il a sa maison dans les maïs et n'est pas avare en histoires! Chaque soir, dans la chaleur de la cuisine, il fait vivre celles-ci. Il y a aussi ce vélo rouge qu’il prête à son neveu parce qu’il a fini par devenir presque à sa taille... C’est l'occasion d'aller toujours plus loin, de découvrir la mer qui était si proche sans qu’il le sache, d’y découvrir une petite fille aussi dont il n’oubliera jamais le nom: Esther Andersen.

Les aquarelles d'Irène Bonacina sont d'une douceur infinie, d’une tendresse rare. Elles nous plongent dans l’intimité de cet été, ses lenteurs et ses temps forts.

Un album coup de cœur de Timothée de Fombelle, illustré par Irène Bonacina, Gallimard Jeunesse, 2021. Pour tous à partir de 6 ans.

 

Nous avons détecté une activité suspecte. Veuillez cliquer ici pour poursuivre.